Exploitez au maximum les paiements mobiles

Pour l’heure, nous sommes aux prémices d’une phase de transformation majeure dans les paiements en ligne, et chez Availpro, nous avons pour but d’aider les hôtels à anticiper les nouvelles tendances et à se préparer à en tirer parti. C’est pourquoi nous publions toute une série d’articles de blog sur le futur du paiement dans l’industrie hôtelière. Pour la 3e semaine de discussion à ce sujet, notre directeur technique Antoine Buhl plonge dans l’univers du paiement mobile.
——————————————————————————————————————————
#3 – Make the most of mobile payments

Quand nous analysons les données chez Availpro, nous constatons que le processus général de réservation se fait par smartphones et tablettes. Les centrales de réservation en ligne (OTA) le savent aussi, mais c’est une information qu’elles ne partagent pas vraiment avec vous. Plus de la moitié des visiteurs de Booking.com ou d’Expedia, ainsi que des sites internet de votre hôtel, proviennent de ces sources mobiles.

Lorsque nous regardons de plus près nos statistiques, et plus particulièrement les taux de conversion, nous découvrons que si la moitié des visiteurs regardent les offres depuis un appareil mobile ou une tablette, cela ne signifie pas pour autant que la moitié des réservations soient faites par ce biais. La question qui se pose naturellement est « pourquoi » ? Pourquoi le taux de conversion est-il plus bas sur les portables que sur les ordinateurs de bureau ?

L’une des raisons est l’expérience utilisateur globale. Par exemple, lorsque l’on fait des recherches sur les chambres et les aménagements via un appareil mobile, la qualité de l’expérience utilisateur n’est pas au rendez-vous. Si vous ne l’avez pas encore fait, regardez la version pour mobile de votre site et comparez-la au genre d’expérience que l’utilisateur peut avoir sur les applications des OTA.

Mais outre l’expérience utilisateur, les méthodes de paiement mobile jouent aussi un rôle crucial dans le taux de conversion.

Les paiements mobiles aujourd’hui

Alors, où en sommes-nous ? C’est simple : vous prenez votre téléphone dans une main, vous faites votre réservation, vous arrivez sur la page de paiement, vous prenez votre carte de crédit dans l’autre main, et avec votre troisième main, vous tapez le code de votre carte de crédit. Si vous n’avez pas de troisième main, les choses se compliquent…

En réalité, vous l’aurez compris, les méthodes de paiement actuelles ne sont pas adaptées à un environnement mobile. C’est pourquoi des entreprises comme Google, Apple et d’autres investissent massivement dans des solutions telles que Google Pay et Apple Pay, qui vous permettent d’effectuer un paiement en un seul clic, pour faciliter cette étape particulièrement compliquée dans l’espace mobile.

Mais pour en revenir au présent, comment fonctionne une carte de crédit aujourd’hui ? Et quels sont les mécanismes disponibles pour transférer le paiement d’une banque à une autre ? Pour les paiements en ligne, il existe principalement deux modes de fonctionnement : la « passerelle » et le « prélèvement ».

Dans le modèle de passerelle, il y a d’un côté votre hôtel et de l’autre votre client, avec entre les deux un moteur de réservation qui permet au client de réserver une chambre dans votre hôtel. Le client est connecté à votre banque, puis votre banque déclenche le paiement par carte en communiquant avec la banque de votre client depuis le réseau de cartes. Le mécanisme est simple.

Mais ce qui ressort de ce mécanisme, c’est la structure des coûts. Il y a le coût de la passerelle, mais aussi celui de votre banque. Ainsi, quand vous regardez les plates-formes de paiement, tenez compte des différents coûts qui s’accumulent pour calculer le prix d’une transaction.

Pour la méthode de prélèvement, le scénario est similaire. Vous avez votre hôtel d’un côté, et votre client de l’autre, reliés par un moteur de réservation. Mais dans cette situation, vous travaillez avec une plate-forme de paiement qui prélève l’argent. Le « percepteur » a sa propre banque, et c’est elle qui déclenche le paiement sur le réseau de cartes avec la banque de votre client. Ce percepteur transfère ensuite les fonds vers votre banque.

Le coût est dès lors plus clair : vous avez un paiement unique plus un coût de transaction unique, par exemple un pourcentage assorti de frais fixes.

Décisions, décisions

Au moment de choisir votre partenaire technologique, regardez non seulement le moteur de réservation, mais aussi ses performances quand des clients réservent sur votre site à partir de leur smartphone.

Regardez les coûts de transaction, les modèles et la façon dont ils pourraient affecter votre banque, ainsi que ce que votre banque vous facturera. Certaines solutions de passerelle peuvent prétendre qu’il n’y a pas de frais, alors que les frais bancaires s’avéreront finalement relativement élevés par la suite.

Regardez aussi les différents types de paiements qui peuvent être acceptés. Pour l’instant, les cartes de crédit semblent être le mode de paiement le plus courant, utilisé par plus de 90 % des clients. Cependant, aux Pays-Bas par exemple, plus de la moitié des clients qui achètent en ligne ne paient pas par carte de crédit. Cette région préfère en effet une solution locale appelée « iDEAL », utilisée pour plus de 50 % des paiements en ligne aux Pays-Bas.

Donc, si vous vous intéressez aux clients néerlandais, n’oubliez pas de proposer aussi cette forme de paiement. La même situation se retrouve en Allemagne, qui dispose de solutions comme SOFORT ; en Asie, il existe de nombreux moyens de paiement innovants, notamment mobiles, qui se développent rapidement. En Roumanie, et dans d’autres pays, la méthode préférée consiste à acheter des bons d’achat dans un magasin physique pour les utiliser plus tard en ligne.

Analysez les différents modes de paiement proposés et réfléchissez en fonction des régions des clients que vous ciblez.

 


Pour de plus amples informations sur les solutions de paiement automatisé, vous pouvez consulter notre infographie PSP Connect ici ou lire la série complète d’articles :

 

 

Antoine-Buhl Antoine Buhl – Chief  Technology Officer – Availpro

Je suis devenu un entrepreneur après avoir terminé mes études, et j’ai participé à la création de plusieurs start-ups, dont Hypnotizer (streaming vidéo) et PixVillage (logiciel de partage de photos). J’ai rejoint Availpro pour développer la platforme et les produits. Je suis passionné par la création d’applications innovantes et les processus qui mènent à leur succès.

Catégories